Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/yakabejtbm/growingroot.be/wp-includes/post-template.php on line 284

L’intestin, notre second cerveau

Tous nos plats sont délicieusement Bio - Végan - végétalien et préparés avec amour et conscience.

L’intestin, notre second cerveau

12 février 2016 A savoir.. 0

L’intestin, notre second cerveau

écoutons le et faisons lui la vie douce.

Les enfants sont très souvent sujets aux maux de ventre la veille ou le matin avant d’aller à l’école. Je me rappelle encore les nombreux massages de ma mère, sa main massant mon ventre de façon circulaire pour faire passer la douleur. Peu à peu, je me détendais et la douleur diminuait.

L’intestin vibre à l’unisson avec nos émotions et quand on est stressé par un entretien d’embauche, une rencontre décisive, un examen scolaire… Il n’est pas rare que notre intestin se détraque.

Plutôt que de traiter les désagréments de notre intestin ne devrions-nous pas regarder de plus près notre équilibre émotionnel ? Parler de ce qui nous préoccupe, se détendre, faire du sport, se défouler pour lâcher prise ?

Je me suis toujours demandée pourquoi il y avait tant de publicité à la télévision pour des médicaments traitant le transit intestinal ou les désagréments intestinaux. Le déséquilibre alimentaire et le stress doivent être , dans notre société, un problème récurrent chez bon nombre de gens.

Des découvertes récentes on mis en évidence la présence de cellules neuronales dans l’intestin qui sécrèteraient quelques 20 neurotransmetteurs identiques à ceux produits par le cerveau. Le cerveau est connecté directement à l’intestin par l’intermédiaire du nerf vague si bien que l’un ne fonctionne pas sans l’autre. Ce qui expliquerait pourquoi lorsqu’on est soumis au stress, notre intestin réagit instantanément. La présence de cellules neuronales dans notre intestin s’expliquerait lors du développement de l’embryon, des cellules nerveuses du cerveau se sépareraient pour migrer au niveau de l’intestin et créer un système nerveux entérique.

L’intestin en plus d’être connecté directement à notre cerveau, siège de nos émotions, produit également entre 70 et 85 % des cellules immunitaires de notre organisme tout en assurant sa fonction de digestion des aliments. C’est dire son importance dans notre organisme !

Ainsi l’intestin peut prévenir le cerveau de la toxicité d’un aliment ingéré permettant alors à ce dernier d’envoyer le message nausées et vomissement à l’estomac. A l’inverse le cerveau prévient l’intestin lors d’infections et celui-ci accélère le processus de défense immunitaire.

Il est donc important d’être à l’écoute de son organisme et de ses émotions. Un intestin irrité par une mauvaise alimentation ou une infection peut jouer sur notre équilibre psychique et inversement car ces deux organes sont liés de manière très intime.

Lorsqu’on a des troubles intestinaux il est donc intéressant de s’interroger sur notre équilibre psychologique car parfois quelques séances de sophrologie, de massages, de sport pour évacuer le stress (surtout pour les enfants souvent sujets à des maux de ventre) permettent une vraie amélioration et évite la prise de médicaments qui de toute façon ne règleront pas le problème.

A l’inverse il est important de prendre soin de ses intestins en étant soucieux de son alimentation et à l’écoute des signes qu’il nous envoie. Certains aliments sont mieux tolérés que d’autres en fonction de chacun et il est important de les isoler un à un.

Comment chouchouter son colon ?

De manière générale il est important de manger des fibres solubles qui facilitent le glissement des résidus comme le son d’avoine, les légumineuses ( haricots, graines de soja, lentilles, pois…), les agrumes et des fibres insolubles qui augmentent le volume des selles et qui facilitent le transit comme les fruits, les légumes, le pain et les céréales. Un apport en probiotiques ( micro organismes vivants) présents dans le lait fermenté, le yaourt, le kéfir, le kombucha ( voir mes tags) et le fromage. Un apport en enzymes digestives présentes dans une alimentation riche en légumes et fruits crus ou par la prise d’enzymes digestives sous forme de comprimés. La consommation d’huiles riches en Oméga 3 et d’antioxydants peuvent participer activement à sa bonne santé.

N’oublions pas qu’une bonne heure de marche au grand air agit comme un massage et active le transit. Le thé vert source d’antioxydant permet également à raison de 4 tasses par jour d’améliorer le transit ainsi que  3 cuill à café/jour de graines de lin broyées ( écrasées dans un mortier par exemple) dans un yaourt ou 5 gr d’agar agar sous forme de gelée que l’on peut aromatiser par exemple ou ajouter dans une soupe.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.